300 millions de francophones dans le monde selon l’OLF

300 millions de francophones dans le monde ©Location-Francophone
300 millions de francophones dans le monde ©Location-Francophone

Les nouvelles données de la francophonie publiées par l’Observatoire de la langue française confirment que nous sommes passés de 275 millions à près de 300 millions de francophones dans le monde en seulement 4 ans. Un chiffre qui en dit long sur la langue française que l’on disait appauvrie et menacée.

300 millions de francophones dans le monde ©Location-Francophone
300 millions de francophones dans le monde ©Location-Francophone

300 millions de francophones séduits par la langue de Molière

Ces 300 millions de francophones confirment effectivement que la langue de Molière est loin d’être une langue délaissée. Une langue qui sera amenée à progresser dans le paysage linguistique mondial. 30 millions de locuteurs s’ajoutent ainsi au 270 millions de francophones recensés en 2014 par l’Observatoire de la langue française.

[youtube id=”yR7c58l_GJk” width=”750″ height=”450″ position=”center”]

On peut désormais la considérer comme une langue d’avenir. Cette dernière est effectivement la deuxième langue étrangère étudiée dans l’Union européenne et la 3e langue du commerce et des affaires.

Sur Internet, le français occupe la 4e position. Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, elle a augmenté de 33 % chez les étudiants du Français langue étrangère. C’est précisément sur le continent africain que réside la majorité des locuteurs du français.

Le français, une langue d’avenir

Les trente millions de francophones augmentant le nombre de locuteurs francophones à travers le monde annoncent un avenir radieux à la langue de Molière.

Aujourd’hui, la langue française répond aux exigences d’un monde en plein essor. Les scénarios projectifs prévoient un bond linguistique lié à un bond démographique surtout en Afrique. En 2070, les locuteurs au quotidien du français seraient entre 477 et 747 millions.

Jeunes étudiants francophones en Afrique
Jeunes étudiants francophones en Afrique

Cette progression surprenante, que l’on pense liée au bond démographique, surtout en Afrique, apporte aussi son lot de défis. En Afrique subsaharienne, par exemple, plusieurs millions d’enfants ne sont pas scolarisés. Les espaces plurilingues seront donc suivis de près afin d’assurer la pérennité et la transmission de la langue de Molière.

6 commentaires
  1. Certes. En Wallonie, dans mon supermarché, il faut un dictionnaire anglais-français pour identifier les produits mis en vente. Les publicités sont de plus en plus souvent en anglais. Dans les manifs, les slogans des activistes sont rédigés d’abord en anglais. Dans le monde du travail, tout est en anglais. Mais bon, puisqu’il paraît que tout va bien !

    1. Malheureusement, dans beaucoup de pays on constate le même phénomène comme si l’utilisation de l’anglais aurait plus d’impact. Cependant, il ne faut pas baisser les bras et se battre. En effet, dans de nombreux pays francophones, des associations travaillent chaque jour pour que la langue française soit utilisée davantage. Le nombre de francophones augmente grâce au continent africain, mais il est important que les gouvernements des pays francophones comprennent la valeur de notre langue et les avantages qu’aurait une francophonie forte.

  2. J’aimerais bien voir les pays membres de la Francophonie faire la promotion et utiliser le français dans leurs pays respectifs. Obtenir les visas en français, signalisation dans les lieux publics, s’assurer que l’enseignement et l’usage du français sont bien fait, etc. Ça serait déjà un bon début….

    1. Effectivement vous avez raison, beaucoup de choses pourrait être entreprises pour protéger et promouvoir le français à travers le monde. De nombreuses personnes et associations se battent chaque jour pour sauvegarder et faire la promotion de la langue française mais malheureusement ils sont parfois bien seuls et les moyens manquent…

  3. Bien que L’OLF maintienne le flou dans ses rapports de statistiques sur sa définition de qui sont les “francophones” qu’il comptabilise, il semble qu’ils y incluent les personnes qui, ayant étudié ou acquis le français comme langue étrangère, savent le parler, le lire et l’écrire -et non seulement les personnes qui, conformément au sens communément admis, ont le français comme langue première, dite aussi “maternelle”, ou comme langue seconde héritée du colonialisme de la France et de la Belgique. Cela revient à dire qu’une personne qui a étudié à l’école ou acquis en immersion l’espagnol, l’anglais ou toute autre langue sans appartenir à une communauté qui emploie habituellement une de ces langues, est hispanophone, anglophone, etc.
    On voit bien là que ces comptabilisations sont complètement bidons et révèlent les visées surtout politiques de maintien et extension de l’influence de la grande puissance qu’est la France qui sont celles de l’OIF dont il est une dépendance.

    1. Je vous remercie pour votre commentaire et point de vue ! Dans le dernier rapport de l’Organisation internationale de la Francophone qui comptabilise 300 millions de francophones, celui-ci inclut les personnes capables de s’exprimer en français donc je pense que dans ce cas là le chiffre est plausible.
      Bien sûr, si on prend la définition de « francophone » on parle de personnes qui parlent habituellement le français donc le nombre pourrait varier si on utiliser ce critère de comptabilisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez aussi