La francophonie dans le Pacifique : le français revendique sa place 

Le Centre de rencontres et d’échanges internationaux du Pacifique fait rayonner la Francophonie dans le Pacifique ©CREIPAC
Le Centre de rencontres et d’échanges internationaux du Pacifique fait rayonner la Francophonie dans le Pacifique ©CREIPAC

La francophonie dans le Pacifique tente de se faire entendre face à ses puissants voisins anglophones. C’est en Nouvelle-Calédonie, une collectivité française de l’Océanie, que la langue française tente de s’élever devant les autres langues réparties sur le territoire.

Découvrez la région de Hienghène sur la côte Est de la Nouvelle Calédonie
Découvrez la région de Hienghène sur la côte Est de la Nouvelle Calédonie

La place de la francophonie dans le Pacifique

Archipel français depuis 1853, la Nouvelle-Calédonie tente de faire briller la francophonie dans le Pacifique. La langue de Molière est effectivement devenue le trait d’union entre chaque île de l’archipel.

Cette dernière est rapidement devenue une langue véhiculaire facilitant les échanges entre chaque tribu. Notons que la Nouvelle-Calédonie compte près de 28 langues Kanak, plus, une dizaine d’autres langues venues d’Asie (fidjienne, polynésienne, vietnamienne, ect.).

Lever de soleil à Poindimié en Nouvelle-Calédonie
Lever de soleil à Poindimié en Nouvelle-Calédonie

Dans les universités francophones, la langue française domine. Elle s’impose également dans le Centre de rencontres et d’échanges internationaux du Pacifique. C’est effectivement dans ce centre situé dans l’ancien bagne de Nouville que les étrangers viennent étudier la langue française.

Un centre qui lutte pour la francophonie

Le Centre de rencontres et d’échanges internationaux du Pacifique tient en effet à dynamiser le français, depuis l’adhésion de la Nouvelle-Calédonie à l’OIF en 2016. Une mission que lui a confiée Bernard Deladrièr, membre du gouvernement chargé de la Francophonie en Nouvelle-Zélande. Le Président de la Nouvelle-Calédonie souligne, par ailleurs que la francophonie « donne un autre visage à la mondialisation ».

Le Centre de rencontres et d’échanges internationaux du Pacifique fait rayonner la Francophonie dans le Pacifique ©CREIPAC
Le Centre de rencontres et d’échanges internationaux du Pacifique fait rayonner la Francophonie dans le Pacifique ©CREIPAC

Car si les communautés francophones du Pacifique paraissent importantes, elle ne compte encore que 600 000 locuteurs. La Calédonie se place en deuxième position avec 203 000 locuteurs, selon l’OIF, devant le Vanuatu avec 110 000 francophones.

Mais ce qui rend la mission du centre difficile, c’est certainement sa situation face aux puissants anglophones.

La Nouvelle-Calédonie, à cheval entre l’Australie et la Nouvelle-Zélande, avec Wallis-et-Futuna, la Polynésie Française ainsi que le Vanuatu sont les seuls représentants de la francophonie dans le Pacifique. C’est une mission difficile, mais pas impossible pour un archipel qui veut faire de la francophonie, son nouveau « fer de lance ».

2 commentaires
  1. “La Nouvelle-Calédonie, à cheval entre l’Australie et la Nouvelle-Zélande, et le Vanuatu sont les seuls représentants de la francophonie dans le Pacifique. ”
    Et la Polynésie Française; et Wallis-et-Futuna?

    1. Bonjour Monsieur Mittou,
      Tout d’abord, je tiens à vous remercier de nous avoir reporté cette erreur.
      Effectivement, vous avez raison Wallis-et-Futuna et la Polynésie Française font partie également des représentants de la francophonie dans le Pacifique. A l’époque nous acceptions des articles invités et apparemment celui-ci n’est pas passé par une relecture de notre part !
      Merci encore de nous avoir prévenu et de parcourir nos articles.
      Bien cordialement,
      Julien de Location-Francophone

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez aussi