5 vieilles expressions françaises utilisées en 2021

vieilles expressions françaises
Découvrez quelques vieilles expressions françaises qui vous feront remonter le temps

La langue française est très riche en expressions que l’on utilise au quotidien. Elles décrivent nos émotions, une situation ou sont utilisées dans nos conversations par simple habitude de langage. Ces expressions sont vivantes. Certaines sont récentes mais d’autres sont plus anciennes et parfois obsolètes. Toutefois notre culture est riche de vieilles expressions qui se transmettent au fil des générations. Sans que nous comprenions toujours leur histoire. Voici notre petit tour d’horizon sur ces vielles expressions françaises qui sont toujours utilisées en 2021.

Découvrez quelques vieilles expressions françaises qui vous feront remonter le temps
Découvrez quelques vieilles expressions françaises qui vous feront remonter le temps

5 vieilles expressions françaises utilisées en 2021 

« A cœur vaillant, rien d’impossible »

C’est toujours encourageant d’entendre cet adage célèbre, qui a été lancé au Moyen Age par un illustre personnage français, Jacques Cœur. Ce dernier, qui était argentier du roi Charles VII, en a même fait sa devise après avoir vécu quelques péripéties dans sa vie. Inscrite sur la façade de son hôtel à Bourges, cette vielle expression française revient souvent sur nos lèvres au quotidien pour parler du courage.

« Faire les 400 coups »

Cette expression date de 1621, à l’époque où Louis XIII lançait une guerre contre les protestants. Il ordonnait à ses soldats de tirer successivement quatre cents coups de canon contre la ville de Montauban pour faire peur aux habitants. Mais ces derniers n’auraient pas du tout été intimidés et ils étaient au contraire en train de festoyer. C’est de cette attitude des montalbanais qu’est née l’expression « faire les 400 coups ». On utilise encore aujourd’hui et qui signifie donc « vivre contre la morale et les convenances ».

« Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué »

Ceux qui connaissent les fables de la Fontaine savent que cette vieille expression française est la morale de la fable L’Ours et les deux compagnons. Cette fable raconte l’histoire de deux hommes qui promettaient à un tavernier de lui offrir la peau d’un ours qui terrorisait la ville contre l’effacement de leurs dettes. Mais l’histoire dit que c’est l’ours qui en sort vainqueur au grand dam des deux compagnons qui avaient eu tort de crier victoire avant même d’avoir gagné. D’où le sens de l’expression “Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué”, utilisée pour calmer l’arrogance de certains.

« Compter pour des prunes » parmi les vieilles expressions françaises encore utilisées

Les prunes sont à première vue des petits fruits délicieux, mais ils inspirent pourtant quelque chose qui ne vaut rien, du moins d’après cette expression assez courante. En effet, l’expression « Compter pour des prunes » remonte à l’époque des croisades au 12è siècle et signifie faire quelque chose pour rien. Ou encore faire beaucoup d’efforts inutilement. L’histoire raconte que les soldats, à défaut de ramener la victoire au roi, rapportaient des prunes pour se faire pardonner.

« Faire tourner en bourrique »

La bourrique ou l’âne est un animal auquel on attribut que peu de sagesse. De façon péjorative, on le prendrait même pour une bête stupide et un animal impatient. C’est bel et bien le sens de cette expression, synonyme de “rendre fou”. Dans la vie courante on l’entend souvent auprès de parents qui l’utilisent avec leurs enfants. Notamment pour exprimer un énervement au plus haut point, une perte de patience ou encore l’exaspération.
L’origine exacte de cette expression est un peu moins claire. Mais il semblerait qu’on la retrouve ces origines dans la littérature du début du 20ème siècle. “les Kellner se gaussaient, le goguenardant et tournant en bourrique, vint s’attabler (…)” dans le livre de William Ritter, Leurs Lys et leurs Roses, édité en 1903 aux éditions Mercure de France. Ou encore  “il le fera, bien sûr, tourner en bourrique…ce vieux chéri !” dans le livre de Eugène Sue, Les mystères de Paris, publié en 1844.
 

1 commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez aussi