8 mots québécois à utiliser ABSOLUMENT au quotidien !

Quelques mots québécois à utiliser au quotidien
Quelques mots québécois à utiliser au quotidien

C’est un fait, les mots francophones sont vraiment nombreux. Face aux anglicismes qui prennent de l’ampleur, pourquoi ne pas en emprunter quelques mots québécois utilisés par certains locuteurs francophones ? Nous avons sélectionné 8 mots québécois qui feraient plaisir à entendre au quotidien. Et que nous recommandons d’utiliser sans retenue !

Quelques mots québécois à utiliser au quotidien
Quelques mots québécois à utiliser au quotidien

« Pourriel » un des mots québécois non sollicités

Les anglicismes envahissent notre quotidien mais également et surtout le monde de l’entreprise. Des mots comme « deadline », « forward » et « spam », on en entend presque tous les jours. Il existe pourtant d’autres manières de traduire ces mots anglais. Parmi les mots québécois, le terme « pourriel » désigne, par exemple, un spam ou courriel non sollicité.

« Clavardage » un des mots québécois de l’informatique

Autre concurrent à l’anglicisme parmi les mots et termes de nos voisins francophones, le mot « clavardage ».

« Converser en ligne » avec le chat

Celui-ci pourrait en effet faire de l’ombre à l’anglicisme « chat » qui signifie « converser en ligne ».

« Pitonner » sur les touches de la télécommande

Toujours dans le monde de l’informatique, on retiendra le mot « pitonner » qui désigne l’action de taper sur les touches d’une télécommande ou d’un clavier.

Parler en français
Parler en français

« Mémèrer » mots québécois de la vie courante

Dans la vie quotidienne, c’est aux commères que l’anglicisme se tourne et les accuse de se prêter à l’exercice du « gossip ». Nous préférons apporter une touche d’humour en disant que ces personnes « mémèrent » ou cancanent à la manière d’une mémère (femme d’un certain âge).

« Chien-Chaud » et « Maïs Soufflé » au restaurant

L’arrivée des « fast-foods » a également entraîné la venue en masse de nouveaux vocabulaires dans nos assiettes. Hamburgers, hot-dogs, pop-corn…, les défenseurs de la langue française en perdent leur latin. Au Québec, les mots hot-dog et pop-corn ont été respectivement troqués par « chien-chaud » et « maïs soufflé » sur la carte de certains restaurants.

Vous aussi vous avez envie d’essayer quelques-uns de ces mots québécois quelque peu ludiques ?

« Gomme à macher » sans en perdre une miette

Commencez par vous habituer, par exemple, à dire « gomme à mâcher » au lieu de chewing-gum.

Découvrez les mots québécois à utiliser avec Solange te parle

Toploc les logements nature

Au coeur du projet de Toploc, bien entendu c’est la francophonie d’abord. Et quoi de mieux pour promouvoir la francophonie que le voyage et la rencontre ? Avec Toploc, “voyagez chez l’habitant… en français”  ! Parcourez nos milliers d’annonces de location vacances dans +60 pays du monde et recherchez une chambre pour votre prochain voyage.

14 commentaires
    1. Certains le pensent effectivement ! Il est vrai que les anglicismes pullulent en France et dans d’autres pays. Si les institutions, publicitaires, journalistes et autres personnes ayant une grande visibilité étaient obligés de ne plus employer d’anglicisme, la tendance s’inverserait rapidement. Lorsqu’à la télévision, à la radio et sur les journaux on utilise certains termes, malheureusement, ceux-ci entrent dans la tête des gens.
      Cependant, le français reste une langue romantique avec une belle histoire qui donne envie d’apprendre pour un grand nombre de personnes 🙂

  1. Il faut toujours dire hot dog et non chien chaud. car ces mots viennent du mot français andouille. Andouille sorte saucisse (qu’on place au milieu du pain).

    1. Et l’andouille c’est vraiment très bon ! Se déguste avec ou sans pain… On peut aussi y ajouter du beurre ou de la moutarde !

  2. Solange j’adore tes mots, mais Svp voir questions pour un champion sue TV5, autant l’animateur que les participants. Des fois, je ne comprends absolument pas ce qu’ils disent.

  3. Un autre mot, très joli soit dit en passant, est canneberge. Saviez-vous que ce petit fruit que vous appelez la cranberry est produite au Quebec. Cette dernière est au deuxième rang mondial de la production de la canneberge. Pourquoi ne pas utiliser son nom français puisqu’il existe. ah et si vous trouvez que cela n’est pas suffisamment exotique, vous pourrez toujours utiliser son nom autochtone atoca.

      1. Soutenu? Non. Divulgâcher est utilisé pour nommer le fait, par exemple, de parler d’un film ou d’un livre et en divulguer la fin, venant gâcher le plaisir de voir le film ou de lire le livre dont on parle.

        1. Ah merci Mireille pour ces précisions sur l’emploi du verbe Divulgâcher. Nous tâcherons de ne plus divulgâcher à l’avenir !

  4. Un fléau existe actuellement à Montréal. La RÉNOVICTION qui consiste à évincer des locataires afin de rénover leur logement et en augmenter substantiellement le coût de location.

  5. Certains éléments intéressants, je ne vois toutefois pas l’intérêt de mémèrer et lui préfère ragoter s’il faut vraiment un verbe, gossip étant l’équivalent de ragot

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez aussi