Maxi Race 88km de trail running autour du lac d’Annecy en solo

Maxi Race : petite pose au sommet du Roc de Lancrenaz
Maxi Race : petite pose au sommet du Roc de Lancrenaz

Fin 2021 je me suis lancé un nouveau défi trail running un peu foufou. Courir la Maxi Race 88km d’Annecy en solo. La promesse ? Faire le tour du lac d’Annecy en moins de 20h en passant par les sommets. Sur le papier c’est très tentant, la boucle est belle. En réalité c’est un gros morceau d’environ 88 kilomètres et 5 000 mètres de dénivelé positif. Tout ça au milieu de paysages de montagne spectaculaires, de ceux qui vous coupent le souffle. Une belle récompense qui se mérite.

Quel est le parcours de la Maxi Race ?

La Maxi Race 2022 en format 88km solo, c’est ni plus ni moins que le tour du Lac par les sommets, dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Voici ma trace sur le parcours 2022 :

Ma trace sur le parcours de la Maxi Race 2022 © Toploc
Ma trace sur le parcours de la Maxi Race 2022 © Toploc
  • Départ Maxi Race Annecy – 0km : départ d’Annecy à 3 heures du matin, il fait assez chaud. Sortie de la ville puis montée dans la forêt du Semnoz par les Crêts. Attention à ne pas partir trop vite, c’est roulant.
  • 1er ravito Maxi Race – c. 16km / 1000m+: Sévrier est derrière-nous, plus bas au pied du Lac. Passage en haut du Semnoz (1699m d’altitude) vers 6h du matin 👉 Bonus vidéo du lever de soleil dans l’article.
  • 2ème ravito Maxi Racec. 45km / 2000m+ : Descente du Semnoz puis direction le col de la Cochette (1400m d’altitude) près de Saint-Jorioz. Ensuite balade dans le Taillefer avant de se diriger vers Doussard.
  • 3ème ravito Max Race – c. 70km / 4000m+ : A partir de Doussard les choses se compliquent un peu puisqu’il y a l’enchaînement du col de la Forclaz (1147m d’altitude), du col de l’Aulp (1425m) et du Roc de Lancrenaz (1695m). Là c’est dur !
  • Arrivée Annecy – c. 88km / 5000m+ : Après Villard-Dessus c’est pas tout à fait fini, même si on se sent “à la maison”. Il faut en garder pour la montée vers le Mont Baron (1299m) et Mont Veyrier puis la descente par le Creux du Loup sur Annecy.

📌 Il y a des ravitaillements intermédiaires pour l’eau à plusieurs endroits sur le parcours. Pour ma part j’ai rempli 4 fois le camel bag. Au 1er ravito, pensez tout de même à bien faire vos réserves pour “ne pas manquer”, la route est longue jusqu’à Doussard.

Quel plan d’entrainement pour la Maxi Race ?

Coureur d’un niveau moyen qui aime l’endurance

Côté préparation mentale : Pour le contexte je suis un coureur d’un niveau moyen autour de 40 minutes au 10km. J’aime les efforts d’endurance et je pratique le trail running depuis longtemps. Avec l’expérience, mon corps et ma tête reconnaissent ce type d’effort particulier. Je me connais et peux donc gérer mon effort, les moments difficiles ainsi que les périodes plus euphoriques. Je pense que c’est 50% du boulot : ne pas baisser les bras quand c’est difficile, maîtriser la dépense d’énergie quand c’est facile. Manger et boire régulièrement. Respirer toujours.

Photo souvenir bien floue du départ de la Maxi Race...il était 3 heures du mat' ©Toploc
Photo souvenir bien floue du départ de la Maxi Race…il était 3 heures du mat’ ©Toploc

12 semaines pour augmenter l’intensité et le volume

Côté préparation physique : il va de soi qu’il faut “s’y coller”. Je n’ai pas de programme figé sur le papier mais il est vrai que pendant les 12 semaines qui précèdent une course j’augmente l’intensité et le volume des entraînements. J’essaye aussi de m’inscrire à des courses intermédiaires qui sont pour moi et pour mon corps des “paliers” que j’utilise comme points de repère dans ma préparation. Pour préparer la Maxi Race 2022 j’ai participé à 2 courses de trail running :

  • Trail running de la Sainte Victoire à Aix-en-Provence en Avril – 60km et 3000m+
  • Trail running du Laudon à Saint Jorioz en Mai – 38km et 2500m+

Entrainements croisés : course à pied + vélo

Autre facteur important, je m’entraine en alternant la course à pied et le vélo. Il y a beaucoup de littérature sur les bienfaits de ces entrainements croisés. Je ne peux qu’en constater les points positifs : récupération active, côté ludique qui casse la routine, complémentarité des sports, renforcement musculaire et cardio etc… Habitant Annecy, je pense intégrer dans ma prochaine préparation des séances de natation, en profitant du lac si la saison le permet.

📌 Je vous recommande un ouvrage que j’ai beaucoup aimé et que je consulte régulièrement. La clinique du coureur : la santé par la course à pied de Blaise Dubois et Frédéric Berg.

Côté alimentation : Là aussi c’est du bon sens mais j’ai réduit sérieusement l’apéro sans arrêter complètement tout de même 😇. Ici aussi l’idée c’est de faire simple et varié tout en privilégiant les bonnes habitudes alimentaires. Grosso modo niveau fuel ça donne :

  • Petit-Déjeuner : Céréales + fruits
  • Déjeuner : Salades composés maison + pain
  • Diner : Repas variés et équilibrés (pizza et burger de temps à autre, c’est trop dur sinon)
  • Boissons : Eau (beaucoup !) + quelques bières (80% d’eau !) et un peu de vin

Plan d’entrainement hebdomadaire (à peu près)

Je partage quelques chiffres car je me suis moi-même posé ces questions : est-ce-que je m’entraine suffisamment ? est-ce-que j’en fais pas un peu trop ? C’est dur de mesurer et de garder l’équilibre. Je me dis que ces marqueurs peuvent être utiles à d’autres coureurs :

  • Séances : 4 à 5 entraînements / semaine.
  • Course à pied : de 50km à 80-90km / semaine avec 2500m de dénivelé positif en moyenne. Au niveau de la distance j’essaye d’atteindre le pic 3 semaines sur 12. Au niveau de la répartition des types d’entrainement je fais, 3 sorties sur 4 en endurance fondamentale, 1 sortie sur 4 en fractionné.
  • Vélo de route : environ 40km pour 300-700D+ / semaine. Vitesse de croisière pour la récupération et le plaisir.

📌 Un petit clin d’oeil à l’Annecy Trail Running, aux deux coachs Adrien et Pierrick ainsi qu’à l’ensemble des coureurs garçons et filles qui sont tous très très forts. Je dois reconnaître que la session de fractionné du mardi est souvent copieuse mais j’ai bel et bien constaté les bénéfices pendant la Maxi Race. A inclure dans votre programme une fois dans la semaine, c’est un “must”.

1er ravito Maxi Race au Semnoz 16km et 1000m+

2h00 du mat’ le réveil sonne. J’ai la chance d’habiter Annecy et de pouvoir y pratiquer ma passion pour le trail running. Pas d’excuses donc, je dois être au départ de cette Maxi Race.

Rendez-vous à la plage d’Albigny, le départ est donné par vague de coureurs en fonction des points ITRA. Je ne sais pas exactement quelle côte ITRA j’ai, mais je sais que je suis dans la 4ème vague qui part à 3h00. Ça y est le compte à rebours est donné et nous nous lançons en direction de la forêt du Semnoz. C’est la partie la plus roulante de la course. Attention à ne pas partir trop vite !

📌 La montée se passe plutôt chaudement et sur un rythme raisonnable. Bien que courir de nuit me procure une sensation assez grisante, je modère mon allure. Je suis tout de même rapidement en nage, il fait chaud. En sortie de forêt nous sommes exposés au vent et j’ai fait l’erreur de ne pas mettre mon k-way pour me protéger un peu. Je le paierai 2h plus tard dans la Cochette.

Lever de soleil depuis le Semnoz vers 6h du mat

👉  Mon petit bonus, vidéo du lever de soleil depuis le Semnoz, juste pour vous donner envie.

2e ravito Maxi Race à Doussard 45km et 2000m+

Il est environ 6h du matin quand j’entame la descente du Semnoz en direction du col de la Cochette. Le vent souffle et je me refroidi. Sensations bizarres, des maux de tête et de ventre apparaissent rapidement.

Les c. 1 000m de dénivelé vers la Cochette et le Taillefer sont difficiles. La descente est plutôt périlleuse. J’aurais du m’arrêter pour me couvrir, vivement que cela passe. Les rayons du soleil et les +/- 10km de plat vers Doussard me permettent de reprendre mes esprits. Les sensations se font progressivement meilleures et le sourire revient.

Vue sur le lac d'Annecy depuis la Cochette pendant la Maxi Race 2022 © Toploc
Vue sur le lac d’Annecy depuis la Cochette pendant la Maxi Race 2022 © Toploc

3e ravito Maxi Race à Villard-Dessus70km et 4000m+

Il est environ 10h45 quand je quitte la tente ravitaillement de Doussard. J’ai pris un ravito copieux avec 1 salade de quinoa, du fromage, de la charcuterie, du pain et du salé. Ça fait du bien et c’est réconfortant après les doutes du passage dans la Cochette.

Forclaz -> Aulp -> Lancrenaz après Dousssard

Ce renouveau de forme tombe à point nommé. Après Doussard les choses sérieuses de la Maxi Race 88km solo commencent. Rapidement nous débutons les 1 000m d’ascension vers le col de la Forclaz. C’est un chemin assez facile puisque à l’abri en forêt et le sol est assez roulant (pas de cailloux). Mais la pente est continue et nous montons pendant une bonne 1h15 / 1h30. Bel effort.

Arrivé en haut nous laissons le lac dans notre dos pour descendre en direction du col de l’Aulp. Cette ascension se fait en plein soleil. Plusieurs coureurs s’arrêtent sur le bord du chemin pour reprendre leurs esprits. Pour ma part je monte “doucement mais surement” en réduisant la voilure mais sans m’arrêter.

Le Roc de Lancrenaz apparait au loin. C’est le gros morceau de la journée. Le soleil tape, la pente est très très raide – % inconnu, mais ça pique. Les bâtons sont très utiles et me permettent de terminer la montée. Je suis en haut vers 13h45 et c’est la récompense, nous retrouvons la vue sur le lac d’Annecy. Je prends un moment pour en profiter (photo ci-dessous) avant d’entamer les 7 kilomètres de descente dans les cailloux vers Villard-Dessus.

5 bonnes minutes de pose au sommet du Roc de Lancrenaz © Toploc
5 bonnes minutes de pose au sommet du Roc de Lancrenaz © Toploc

Arrivée à Annecy en 309ème position et 14h40 de course

Au départ de Villard-Dessus vers 14h45, le moral est bon et je me sens encore en forme. Même si la démarche est vraiment moins élégante – euphémisme. Je recharge avec une petite assiette salade de pâtes + pain avant de repartir pour la dernière difficulté du jour : la montée vers le mont Baron puis le col des Contrebandiers et enfin l’ascension vers le Mont Veyrier. Environ 800m de dénivelé. Je fais équipe avec un petit groupe de coureurs solitaires et nous nous lançons en file indienne sur ce dernier tronçon.

Le bouquet final : Mont Baron -> Contrebandier -> Mont Veyrier

Arrivé au col des Contrebandiers le groupe se sépare. Certains vont remplir leur réserve d’eau pour finir en sécurité. Je décide de filer pour ne pas couper l’effort et rester concentré sur la montée. C’est une erreur car je vais me retrouver “à sec” à partir de la descente du Creux du loup et pour les 5 derniers kilomètres de la course. C’est une bonne leçon, le final aura été pénible, ne pas pouvoir boire est une vraie contrainte. Mentale et physique.

Je boucle le parcours en 14h40 à la 309ème position sur 1450 dossards. Sans que le classement final soit un objectif particulier, je suis très content. C’est une bonne progression par rapport à mon classement de milieu de tableau sur les 80km des Templiers en Octobre 2021. Comme quoi l’entrainement paye !

Arrivée de la Maxi Race en 309 position après 14h40 de course, il était temps © Toploc
Arrivée de la Maxi Race en 309 position après 14h40 de course, il était temps © Toploc

Où dormir à Annecy et ses environs pendant la Maxi Race ?

Vous avez noté la Maxi Race dans votre calendrier de trail running ? Si vous êtes à la recherche d’un hébergement pendant la Maxi-Race ou d’une location de vacances sur Annecy ou en Haute-Savoie, voici la sélection Toploc. Contactez les hôtes et réservez en direct et sans frais.

Que faire pendant votre séjour à Annecy ?

Si vous cherchez de l’inspiration pour occuper votre séjour à Annecy avant et après la course je vous invite à consulter ces 2 liens. Nous y donnons quelques recos utiles et locales.

A très vite, Guillaume

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez aussi