La langue française au Québec : focus sur le français québécois !

Place de la langue française au Québec
Place de la langue française au Québec

Après avoir parlé du français de Suisse ou suisse romand, on va aujourd’hui se concentrer sur une autre variante de la langue de Molière. Connaissez-vous la particularité de la langue française au Québec et quand les québécois ont commencé à parler officiellement la langue ? Explications.

Place de la langue française au Québec
Place de la langue française au Québec

L’arrivée de la langue française au Québec

Pendant le règne du roi François Ier, ce dernier a ordonné à une équipe d’explorateurs, emmenée par Jacques Cartier, de faire une expédition pour rechercher un chemin plus simple menant en Chine. Mais l’équipe que le roi a mandatée pour cette expédition a fini par atterrir dans un territoire de la province du Québec, qui était à l’époque la péninsule de la Gaspésie. Cette découverte sonne alors le début de l’immigration des colons français en Amérique du Nord, marquant la naissance de la Nouvelle France et donc l’arrivée de la langue française au Québec et sur tout le territoire.
Les années passent et la communauté française dans cette province située à l’est du Canada ne cesse de s’agrandir. Le français quant à lui a trouvé sa place en devenant la langue officielle du Québec au mois de juillet 1974. Les statistiques confirment d’ailleurs la suprématie de la langue de Molière sur le territoire, avec plus de 94% des locaux qui connaissent et comprennent la langue.

Drapeau du Québec et de la France
Drapeau du Québec et de la France

Les caractéristiques du français québécois 

Utilisée quotidiennement par une grande majorité de la population, la langue française au Québec a peu à peu évolué au fil du temps pour devenir ce que l’on appelle le « français québécois ». Il s’agit d’une variante du français tel qu’on le connait, avec des différences notables au niveau des mots et des expressions utilisées.
Ainsi, les québécois utilisent « Allô » pour dire « Salut », « Bonjour » pour dire « Au revoir », « brunante » pour dire « crépuscule », « barrer » pour dire verrouiller, ou encore « gomme » pour « chewing-gum ». Aussi, le mot « débarbouillette » remplace « Gant de toilette » dans le français québécois, « serpillère » du français métropolitain est quant à lui remplacé par « moppe », « torchon » par « guenille », « glouton » par « carcajou » et bien d’autres encore…
Ce que l’on remarque aussi dans la langue française au Québec, c’est le fait qu’elle a gardé des expressions anciennes que l’on n’utilise plus au quotidien en France. On retrouve par exemple le verbe « magasiner », conservé dans le français québécois, mais qui a pourtant été remplacé par l’expression plus moderne « faire du shopping ».
 

Histoire et origine du français canadien en vidéo

[youtube id=”Oyf8tz_IoyQ” width=”750″ height=”450″ position=”center”]
5 commentaires
  1. Ce que vous oubliez de dire, c’est que le français québécois a conservé intacts les sons IN et UN. Ainsi, chez nous on achète UN PAIN (prononcer PIN) et non pas AN PAN. Je raconte souvent que la première fois où j’ai voulu acheter UN PAIN à Paris, la vendeuse m’a repris en me disant « Ah! Madame désire AN PAN ». On ajoute aussi un petit S après les consonnes Ts et Ds comme dans TsU DsIS, un peu comme le THIS anglais!

    1. Merci beaucoup pour ces précisions ! Effectivement, il existe bien d’autres spécificités et subtilités propres au français québécois et il serait difficile de toutes les lister. On retrouve de nombreuses similitudes avec le français de certaines régions de France, Belgique et Suisse !
      A titre personnel j’adore l’accent québécois et les accents en général, ils me font voyager ! Je pense que les discutions seraient bien tristes si l’on parlait tous avec le même accent !
      Encore un grand merci pour votre commentaire 🙂

    2. c’est marrant. J’entends les québécois dire “un ü pin ü” . C’est pas une critique, c’est juste que ce qu’on entend d’un pays à l’autre peut-être différent. J’aurais j’amais pensé qu’on puisse entendre an pan quand on dit un pain

  2. Je suis désolée mais pourquoi les gens pensent-ils qu’en France on dit “faire du shopping” alors que la plupart de ce que je connais disent “faire les magasins”.
    “faire du shopping” est une expression moche que l’on rencontre dans les magasines mais qui n’est pas tant utilisé que ça dans le langage courant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez aussi